Interview exclusive d’Hélène pour les sites www.helene-rolles.net et www.heleneweb.com / version intégrale

« Ça me fait un souvenir de ma chanson, c’est chouette ! »

© Crédit photo : Angélique Le Goupil / AWcreation – 2016

Toute reproduction est strictement interdite.

Bonjour Hélène. Les tournages de la série « Les mystères de l’amour » se poursuivent jusqu’aux vacances… Comment se déroulent les tournages ?

Oui, les tournages se poursuivent jusqu’au 5 ou 6 juillet. On tourne deux ou trois épisodes simultanément, par décor (la maison, le commissariat,…). Tout est regroupé par décor, on change de costume en fonction des scènes, et après ils dispatchent lors du montage de l’épisode.

Que penses-tu de l’évolution de ton personnage ?

C’est la vie qui suit son cours… et je suis ravie d’être mariée avec Nicolas, enfin ! On a passé un très bon moment à Love Island pour le mariage, c’était très sympa. On a des bons souvenirs de ça.

C’est d’ailleurs à Love Island (Saint Martin !) que tu as tourné tes derniers clips.

Oui, pour « Di dou dam » et « Des mots d’amour ».

Vous les aviez tournés en même temps ?

Non, le timing était trop serré avec les tournages pour faire tout en même temps… J’y suis retournée après, mais avec grand plaisir ! Et j’ai bien aimé travailler avec l’équipe de là-bas. Je les avais rencontrés justement sur le tournage du prime, et on a fait le clip ensemble. On avait bien accroché, ils étaient vraiment sympas. Et je trouve qu’ils ont fait de belles choses.

Il y a une très jolie lumière pour « Di dou dam »…

Oui, la lumière est magnifique. Je trouve que le plan avec la guitare est très beau. Ça a été tourné le soir au coucher du soleil, donc on a dû faire très vite avant que le soleil ne se couche ! Et il y avait un drone pour faire les images en hauteur de la mer.

Il était prévu dès le départ de tourner un clip pour cette chanson ?

En fait Jean-Luc voulait que je tourne un clip pour « Des mots d’amour » et je lui ai demandé si on ne pouvait pas faire aussi « Di dou dam »… Et comme c’est ma chanson il m’a dit : « Si tu veux » ! Donc ça c’est décidé un peu au dernier moment. Ça me fait un souvenir de ma chanson en clip, donc c’est chouette. J’étais contente !

« La Chine, c’est magnifique. J’ai adoré ! »

Hélène et sa guitare
© Crédit photo : Angélique Le Goupil / AWcreation – 2016

Toute reproduction est strictement interdite.

Et tu as un projet de nouvel album ?

On va le préparer bientôt… Cet été j’aimerais écrire quelques chansons. J’ai un peu de mal parce que je n’ai pas trop le temps. Mais j’aimerais bien faire deux ou trois titres pour la rentrée… Du moins je vais essayer !

Oui, ce serait bien, parce que les fans ont vraiment envie d’entendre tes chansons [NB : c’est ce que les fans ont prouvé en répondant à un sondage récent mis en ligne sur nos deux sites]. Tu as un style différent de celui de Jean-Luc Azoulay (alias Jean-François Porry).

Oui, chacun à son style, son émotion et sa sensibilité. C’est vrai que c’est un peu différent, mais ça s’accorde bien je trouve.

D’ailleurs tu avais fait un album, « Tourner la page », qui n’est jamais sorti… Pourquoi ne pas le proposer, par exemple, en bonus ou au profit d’une association ? Les fans aimeraient le découvrir.

Oui c’est vrai je n’ai pas pu le sortir tel quel. J’ai regretté. Mais en bonus pourquoi pas… Je vais essayer d’en parler à Jean-Luc !

Est-ce que tu envisagerais de collaborer avec d’autres auteurs compositeurs, comme tu avais pu le faire pour ton premier album avec Laurent Dubray, ou plus récemment avec Pierre Pinto ?

Je n’y ai pas réfléchi mais éventuellement… Ça se sont des rencontres que l’on fait. Mais il faut aussi trouver le temps. C’est ça surtout qui me manque !

Il y a quelques mois vous aviez parlé d’album pour la Chine. C’est toujours prévu ?

Il faut d’abord que j’apprenne les chansons en chinois, et ce n’est pas une mince affaire ! C’est super compliqué. Cet été il faut que j’écrive et que j’apprenne des chansons en chinois (rires !). J’en suis à deux titres en chinois pour l’instant, et je vais commencer à en apprendre un troisième. Lorsque j’aurai appris suffisamment de chansons en chinois peut-être qu’on les enregistrera sur un album. Ça serait bien.

Ce sont tes propres titres qui sont traduits ?

Non, pour l’instant ce sont uniquement des reprises de Teresa Teng. C’est une chanteuse qui est décédée, mais c’est un peu l’équivalent de notre Edith Piaf à nous. Tous les Chinois connaissent ses chansons par cœur, un peu comme nous qui connaissons tous « La vie en rose » par exemple. Ils connaissent tous « Tian Mi Mi« , que j’avais chantée à l’Olympia.

Hélène en Chine
Hélène sur scène en Chine

Et une tournée en Chine ?

Normalement je dois faire une tournée en novembre prochain. On va essayer de faire l’Asie du sud-est : la Chine, Taiwan, Hong Kong, Singapour, la Corée du Sud et le Japon. Tant que l’on n’est pas dans l’avion il peut se passer plein de choses… Mais il faut y croire. C’est un très beau projet et je suis ravie.

Tu as un souvenir ou une impression particulière de la Chine ?

La sérénité qui flotte dans l’air. Ça vaut vraiment le coup de découvrir ce pays… La Chine c’est magnifique, j’ai adoré ! C’est très paradoxal comme pays car ça fourmille de gens, mais il y a une impression de paix, de sécurité. Les Chinois sont très serviables. Quand on est perdu dans la rue ils se plient en quatre pour nous aider à trouver le chemin, dans les restaurants aussi. En général ils nous orientent vers des plats et donc on n’est jamais déçus. Ils sont vraiment sympas.

« Il y a plein de gens dans le monde qui n’ont pas accès à l’eau potable »

Hélène photographiée par Patrick Rouchon - 2

© Photo Patrick Rouchon / 2012

On parle de la Chine, mais est-ce qu’il y a des concerts prévus en France ?

Pour l’instant il n’y a rien de prévu… mais peut-être en fin d’année.

Des souvenirs particuliers de l’Olympia et de la tournée ?

L’Olympia, franchement j’ai adoré grâce aux gens qui sont là. Je me suis sentie bien et ça m’a fait plaisir. J’ai trouvé qu’il y avait un truc particulier… Je ne sais pas si ça vient de moi mais j’ai adoré cet Olympia. Et le fait qu’il y ait tout le monde [ndlr : les comédiens de la série « Les mystères de l’amour » pour chanter le titre « Nos tendres années »] sur scène avec moi ça m’a fait plaisir. Je leur ai demandé et ils ont tous accepté.

Lors de tes derniers spectacles tu jouais quelques morceaux à la guitare, et pas pour ces concerts. Tu n’en avais pas envie ?

C’est vrai, on m’a dit que ça a manqué… Mais je n’ai pas eu le temps de me remettre à la guitare avant l’Olympia. Alors j’ai préféré ne pas le faire, plutôt que de mal jouer ! Mais la prochaine fois…

Tu es marraine de l’association Children Of The Sun. Est-ce que tu as envie d’en parler ?

Oui. J’ai fait mettre un appel sur mon Facebook parce que les enfants sont en souffrance là-bas, et ça me tenait à cœur. Je me dis que pour 5 euros par mois, avec la déduction fiscale pour les gens qui payent des impôts, ça revient à environ à 2 euros par mois. Ils sont vraiment en détresse. Comme je suis un peu connue, j’en ai profité pour faire ça. C’est la première fois que je le fais parce que ça me semble important, c’est vital pour eux. Certains n’ont pas aimé, mais je ne force personne. Les gens sont libres de donner ou pas.

Children of the sun - logo

Tu as toujours eu des chansons en lien avec l’écologie ou la politique sur tes albums (« Mr Kennedy », « A quoi bon », « Je veux », « Où s’en va le monde », « Les rois d’aujourd’hui », « La terre ne comprend plus », « Robin des bois », etc.). C’est parce qu’on te le demandait ?

C’est parce que ce ça m’intéressait et que j’avais envie d’en parler.

Et est-ce que tu peux citer quelques petites choses que tout le monde peut faire, et qui permettraient d’aider à aller dans le bon sens ?

Il y a quelque chose que tout le monde connaît : c’est faire pipi dans la douche (rires). Ca fait un peu bizarre de dire ça, mais ça économise des chasses d’eau. Il y a quelque chose que je trouve aberrant et qui m’hallucine : c’est de mettre de l’eau potable dans les chasses d’eau. C’est vraiment un drame absolu quand on sait qu’il y a plein d’enfants, plein de gens dans le monde qui n’ont pas accès à l’eau potable, et nous on gaspille comme ça dans les toilettes. Il y a ça, mais aussi acheter des fruits et légumes quand c’est la saison, ne pas mettre de produits chimique dans son jardin. Toutes ces choses-là, qui sont logiques. C’est juste du bon sens… Fermer le robinet quand on se brosse les dents pour économiser l’eau, ne pas mettre la clim. Personnellement la clim je ne la mets JAMAIS. Je n’en ai pas… à part dans ma voiture, mais je ne la mets pas. Toutes ces choses c’est un minimum de réflexion et de bon sens : penser aux autres et ne pas penser qu’à soi. Trier ses déchets aussi par exemple. A Paris ça ne se fait pas beaucoup.

C’est vrai que composter ses déchets n’est pas évident dans les grandes villes…

Oui, mais au moins trier le verre et le plastique parce que beaucoup ne le font pas à Paris. Dans le reste de la France ça se passe un peu mieux, mais il y a des progrès à faire.

Et pour terminer, tu réponds à beaucoup d’interviews. Y a-t-il y a une question que l’on t’a souvent posée ?

Je ne sais pas trop… Ah si : « Qu’est-ce que ça fait d’être connue ? ». J’ai envie de dire qu’il faut le vivre pour s’en rendre compte. Moi je le vis depuis tellement longtemps que ça fait partie de mon quotidien, donc je ne sais jamais quoi répondre à cette question.

Merci beaucoup Hélène, et peut-être à bientôt.

C’est moi qui te remercie. A bientôt !

Entretien avec Hélène réalisé par Hélène M. pour les sites « Toi…Hélène Rollès » et « Hélène Rollès, notre étoile ».
Merci à Hélène d’avoir aimablement répondu à ces questions.

Auteur : helenerollesnotreetoile

Ce site retrace la carrière de la chanteuse et comédienne Hélène et évoque son actualité.