Clips

Chaque album d’Hélène a bénéficié de clips tournés en studio ou à l’extérieur. Certains d’entre eux ont eu deux versions.

1988

1989

1990

jimmy_jimmy
Jimmy Jimmy

1992

1993

1995

1996

1997

clip_a_force_de_solitude
Clip « A force de solitude »

2003

clip_queduvent2
Que du vent

2010

clip_salutcava
Salut, ça va ? (en duo avec Dorothée)

2011

2016

2017

Saint-Martin ne pleure pas
Saint-Martin ne pleure pas

Les clips, à la différence des sitcoms qui se déroulent uniquement à l’intérieur des studios (à de rares exceptions près), sont fréquemment tournés à l’extérieur, ce qui crée une atmosphère agréable et donne au téléspectateur une grande bouffée d’air frais :

Les quais de gare et les trains

C’est un lieu de prédilection pour les réalisateurs. Ainsi, en 1989, le clip « Ce train qui s’en va » est tourné dans une gare et les cheveux d’Hélène voltigent au passage des trains. Viendront ensuite « Je suis venue à Paris », clip tourné dans une gare parisienne et sur les bords de Seine, « Le train du soir » où Hélène flâne près d’une voie ferrée, « Je pars » dont l’action se situe dans un wagon.

La nature

Hélène aime la nature, comme elle se plaît à le répéter, et elle le prouve : « C’est trop dur d’être une fille », « Sous le soleil », nous dévoilent des paysages pittoresques et des forêts où Hélène aime à se promener. Dans « C’est trop dur d’être une fille », assise sous des arcades, elle contemple le paysage. Mais elle gratte également sa guitare sur un lac dans le clip numéro un de « Dans ses grands yeux verts » et se balade dans le jardin de Monet dans la version inédite de « Toi ».

La ville

Hélène a aussi été citadine dans ses clips : donnons-en pour preuve le premier clip d’ « Imagine » où elle se promène dans les rues de Montmartre sous le regard étonné des passants et sous…la pluie. Le clip « Sarah » nous propose aussi des images d’Hélène flânant en bas d’une cité, courtisée par une bande de jeunes garçons.

Les paysages artificiels

Certains clips donnent l’illusion d’être tournés à l’extérieur. Tel est le cas de « La première fois », clip dans lequel notre star traverse un jardin reconstitué, ou de « Et si un garçon » où elle interprète devant une caravane de Bohémiens sa chanson. C’est dans un décor de l’Ouest américain, avec bottes de foin et horizon rougeoyant, que notre idole gratte sa guitare dans « A force ».

Les décors des séries

Hélène évoluue parfois dans des décors utilisés pour ses séries. Ainsi, on retrouve Hélène traversant les différents lieux de « Hélène et les garçons » dans le clip « Trop de souvenirs ». Et dans la chanson « Longtemps déjà », elle arpente les différents décors du « Miracle de l’amour ». Dans la chanson « Une fille et un garçon », elle se trouve en compagnie de ses amis musiciens de la série dans le garage. Le garage, dans lequel avait été tourné « Peut-être qu’en septembre », et qui sera reconstitué en 2016, est l’un des décors du clip « Effacer le passé ».

Les lointaines contrées

Hélène a profité d’un voyage à Shangaï pour tourner deux clips : « Partir avec toi » et « Où s’en va le monde ». Les images sont superbes, et notre vedette pose délicatement au bord de l’Océan et au pied d’un monument dédié à Tchang Kaï Chek. On retrouve également les décors paradisiaques de Saint-Martin dans les clips « Di dou dam » et « Des mots d’amour ».

Les décors créés spécialement pour les clips

C’est le cas de la chanson « Sarah ». Hélène écrit à un bel inconnu dans une chambre d’adolescente. Dans le clip « Personne », elle parodie judicieusement et avec talent les journaux télévisés dans un studio de télévision. Quant au décor de l’une des versions du clip « Toi », il est quelque peu bâclé et réduit au strict minimum : une marguerite géante est posée à côté de la chanteuse. Une si jolie chanson eût mérité un décor plus soigné. Enfin, « Souvenirs d’enfance » la fait évoluer dans un décor de voiles et de ballons de baudruche.

Les arrière-plans

Hélène est placée devant des dessins ou des images qui défilent dans « Je veux », « Toujours par amour » ou « Compte les étoiles » (clip où elle est particulièrement en beauté). Dans le « clip-montage » « Que du vent », diffusé sur RTL9 dans le cadre de l’émission « Bienvenue chez vous », c’est sur fond de nuages et de ciel bleu qu’Hélène entonne son refrain, tout en grattant sa guitare.

Le studio d’enregistrement

De « Je m’appelle Hélène » en passant par les clips de l’album de 2012 (hormis « Le temps de nos 16 ans ») ainsi que le clip « Salut ça va ? » avec Dorothée, on retrouve Hélène avec un casque sur les oreilles ou un micro devant elle, en train de simuler l’enregistrement de ses chansons.

%d blogueurs aiment cette page :